Dix produits pour une trousse de toilette complète et légère. (Deuxième partie: Le bilan!)

Près de six mois sont maintenant passés depuis le premier article où je me proposais de cobaye pour tester dix produits censés alléger votre trousse de toilette tout en respectant notre santé et notre petite planète ! L’heure est maintenant au bilan !











1 - L'Oriculi : Oui, j’ai fini par l’adopter ! Bon, je l’avoue, il m’arrive encore parfois de craquer sur un coton tige classique, mais loin de moi l’époque où je me lavais les oreilles deux fois par jour ! Alors, à garder ou pas ?
Les + : 
-Sa taille ! Rien à dire, il ne prend vraiment pas  beaucoup de place !
-Son utilisation : facile une fois qu’on a le coup de main.
-L’aspect esthétique : ouais, mignon quoi !
Les - :
- Attention à ne pas le perdre !
-Solidité : j’ai un peu peur de le casser…

 2 - La Cup :
Les + :
-Toujours aussi contente !  Pour toujours les mêmes raisons à découvrir ici !
Les - :  J’en ai quand même trouvé deux !
-En voyage, stériliser sa cup ! Pas toujours facile quand on a pas une bouilloire ou une cuisine à soi ! Expliquer aux gens qui t’héberge que tu as besoin d’une casserole d’eau bouillante pour ta cup …. Selon le contexte c’est pas toujours possible ! Mais je ne me suis jamais retrouvé bloqué pour le moment…
-Risque de fuites : quand on est un peu pressé, si la cup est mal mise, attention !

3 – Epongettes : eh bien les épongettes, j’ai arrêté !  Pourquoi ? Malgré leur côté super pratique (ne prends pas de place, se lave et sèche rapidement), après plusieurs semaines d’essais elles sont devenus rêches et très désagréable voir irritante pour la peau ! Heureusement, j’ai déjà trouvé quelques chose pour les remplacer : les ronds démaquillants fait maison ! Simple à faire, longue duré de vie et après plusieurs semaines, toujours aussi agréables ! 


4- Brosse à dent pliable : Oui, toujours aussi contente… je réfléchi néanmoins à un modèle de brosse à dent plus respectueux de l’environnement (brosse à dent manche en bois par exemple) et alors j’abandonnerais l’option « pliable ». Mais pour le moment, je suis très satisfaite de ce modèle de brosse à dent ! Le seul « moins » pour moi, c’est vraiment sa matière plastique.

5- L’huile végétale : Rien à redire, elle me suit toujours partout. En plus, ce n’est pas trop compliqué de trouver les huiles végétales à l’étranger également en cas de rupture de stock ! En voyage, pour ma peau et mes cheveux j’utilise l’huile de jojoba. J’ai un tout petit flacon de cette huile avec quelques gouttes de mousse de babassu pour me démaquiller et c’est parfait. Pour le moment, je n’ai pas encore trouvé de « moins » !

6-  Dentifrice en poudre : 
Je l’utilise encore et toujours et j’en suis très satisfaite ! J’ai stocké la poudre dans une ancienne boite en plastique de médicaments qui se ferme hermétiquement (pour que la poudre ne prenne pas l’humidité) et je me sers le dentifrice avec les minis cuillères à homéopathie.

Si j’avais un moins, ce serait quand même le manque de sensation de fraicheur après le brossage, mais ça, à moi de le rectifier dans ma prochaine recette (un peu de menthe peut-être ?).

Et le fait que le dentifrice mousse très peu pourrait être un moins mais c’est finalement devenu un plus : je me suis récemment  re-brosser les dents avec un dentifrice classique car j’avais oublié le mien chez moi, eh bien j’ai cru que j’allais me noyer avec toute cette mousse qui sortait de tous les côtés ! Bref, une question d’habitude !
Sinon je trouve vraiment mes dents propres et aucuns soucis à signaler (mon dentiste me le confirmera lors de ma prochaine visite).

Au niveau des points forts je dirais sans hésiter : très économique ! Il en faut peu et ça tiens très longtemps (j’ai encore le même pot qu’avant de partir en Afrique du Sud en novembre… et nous sommes début juin !). Si pas d’humidité, aucuns soucis pour conserver la poudre ! Et du coup, je pense que j’ai assez d’ingrédients pour m’en refaire pendant les 5 ans à venir, si pas plus !


J’avais réalisé du dentifrice sous deux autres formats pour les tester lors du voyage :
-le format solide. Je savais que ça existait en format solide à l’achat mais je n’avais pas eu de bons retour alors j’ai tenté moi-même. J’ai versé ma pâte dans un moule à glace individuel et le résultat était trop classe, en plus ça sentait trop trop bon ! Sur place, au final, ça a tenu 4-5 brossage avant de commencer à se désolidariser du batonet en plastique, la déception…  et puis l’huile utilisé ne quittais pas ma brosse à dent qui restait toute grasse et ébourriffée même après trois rinçages… Bref, j’ai laissé tomber mais je retenterais en équilibrant différament mes ingrédients ! Pour ceux qui souhaitent tenter, retrouvé ici une superbe vidéo avec moulage sucette… ça donne trop envie de les mangernon ?
-le format pastille . J’avais moulé la même pâte que pour le format solide dans une plaquette de médicaments vide pour obtenir des minis pastilles. Mon verdict ? Je ne les ai mêmes pas utilisé au final, pas très sérieux !


7- Déodorant maison ( stick huile de coco) :

Je suis toujours aussi contente de ce déodorant …. Mais :
Quand il fait chaud, l’huile de coco devient liquide et bien que j’ai ajouté pas mal de cire d’abeille à ma composition …. Mon déo est devenu plusieurs fois assez mou. Bon, ça ne dégoulinais pas partout pour autant mais l’effet stick à se passer directement sous les aisselles est à oublier. C’est « application au doigts ».  Du coup, je pense que je garderais le déo coco stick pour mes températures d’Alsace. Pour les grosses chaleurs, j’ai testé (et approuvé) une recette de déodorant en gel qui est tout aussi efficace !



Rien à redire, vraiment, si ce n’est qu’il a perdu sa bonne et douce odeur d’amande de départ (que j'adorais)…

9- Shampoing solide :

La recette est parfaite pour mes cheveux et waouh, que ça tiens longtemps dans le temps ! Pour vous dire, je n’ai pas encore fini la quantité que j’avais faites pour partir, au mois de novembre !
C’est joli (et puis libre cours à votre créativité pour d’autres forme et couleurs), ca coule pas partout, ça sent bon (la aussi, libre à vous de choisir), ca lave bien, ca mousse un peu, et c’est bon pour mes cheveux. Que demander de plus ?

J’ai tout de même un point négatif qui concerne à la fois le savon du Dr Bronner et également mon shampoing solide … les boîtes plastiques dans lesquels je les rangent prennent de la place … A réfléchir pour un contenant moins encombrant (remarque, ça prends déjà tellement moins de place qu’une 
bouteille de shampoing ou de gel douche ! Jamais contente !)

10- Beurre de karité :

Le sauveur toutes situations ! Je conseil juste de prendre garde à choisir un beurre de qualité pour ne pas se retrouver avec un truc trop gras que la peau (ou les cheveux) ne parviendrait pas à absorber complètement.

De manière générale donc, une expérience dont le résultat est plutôt positif ! Le prochain défi : la trousse de secours  ! Je ne sais pas pour vous mais j’ai la facheuse tendance à toujours me retrouver avec une trousse de secours qui fait 30 kilos (comme si c’était la fin du monde et qu’il n’y avait que des pharmacies en France) et dont je n’utilise jamais 1/10 ! Et puisqu’on aime la nature et ses bienfaits, on s’interessera un peu plus particulièrement aux alternatives des principaux médicaments : homéopathie et aromathérapie. Alors, à suivre !

Notes: Les recettes se trouvent assez aisément sur internet mais je peux aussi vous filer un coup de pouce si besoin !


1 commentaire :

  1. Super article, je n'avais jamais entendu parler de l oriculi. Pour ma part, je suis aussi devenu une adepte du shampoing solide et de la cup!!
    Par contre quand je vois mon grand tube de dentifrice... J'ai encore de l'optimisation en vue !!

    RépondreSupprimer

Un p'tit commentaire pour donner ton avis ?
N'oubliez pas de signer, merci :)